J’ai parlé yoga avec…Charlotte Tourmente

0
551
Charlotte Tourmente
Charlotte Tourmente

J’ai parlé Yoga avec…Charlotte Tourmente

J’ai connu Charlotte il y a quelques années dans un contexte professionnel. Elle m’a toujours beaucoup impressionnée par sa force de caractère, sa combativité et un moral à toute épreuves. Lors d’un déjeuner nous avons découvert que nous avions une passion commune en la matière du Yoga. Charlotte est simple pratiquante tout comme moi. Je déroge donc à la règle de cette série d’articles où les professeurs s’expriment parce que j’ai voulu savoir ce que représente une pratique de Yoga lorsque l’on vit avec une maladie chronique.

Il est temps de laisser parler Charlotte que je remercie par ces lignes de sa confiance et du temps qu’elle a pris pour répondre à mes questions.

Peux-tu nous parler de ton parcours ?

Agée de 43 ans, je suis médecin mais je n’exerce pas à cause d’une sclérose en plaques qui provoque de grandes douleurs et une fatigue intense et une fatigabilité entre autres symptômes. Je me suis reconvertie en journaliste médicale et j’ai travaillé pour l’émission Le Magazine de la santé sur France en sortant de la faculté de médecine, l’exercice de la médecine me semblant incompatible avec mes symptômes. Désormais, je travaille pour le site internet du Magazine de la santé, où j’utilise mes compétences de médecin et de journaliste, et pour un autre site internet destiné aux patients qui ont une sclérose en plaques, sep-ensemble.fr

J’ai également écrit en 2019 un livre intitulé Sclérose en plaques et talons aiguilles, aux éditions First, pour témoigner d’une vie épanouie en dépit de ma maladie chronique. En m’adaptant aux contraintes médicales que sont mes symptômes, j’ai réussi à retrouver un équilibre professionnel et personnel. Je n’exerce pas la médecine, ce dont je rêvais en embrassant cette carrière, je souffre tous les jours en dépit de 6 comprimés quotidiens, je suis obligée de travailler en temps partiel, avec un poste adapté du fait de la fatigue mais je suis heureuse et épanouie ! Ce qui me semblait inconcevable quinze ans plus tôt, tant je souffrais…

Qu’est ce qui t’a amenée au yoga ?

Ma maladie ! Après le diagnostic, il y a 23 ans, j’avais besoin d’un apaisement, comme la sclérose en plaques provoque des poussées (qui consistent en l’apparition de symptômes, qui régressent plus ou moins). 

J’avais la sensation de vivre avec une épée de Damoclès puisque je souffre d’une forme de sclérose en plaques par poussées (apparitions de symptômes qui régressent totalement ou partiellement) et qu’il est impossible de savoir dans quel état de santé l’on sera quinze ou trente plus tard…

J’avais donc besoin de me détendre, de faire un travail sur moi pour apprivoiser la maladie et la peur de l’avenir et du handicap. C’était également une activité physique adaptée à mes symptômes ; les postures, le travail sur la respiration  étaient très intéressant dans la gestion du stress et de la douleur chronique.. Comme je lisais beaucoup de livres sur le bouddhisme, le Hatha Yoga a semblé une évidence.  

Dans quel contexte pratiques-tu ?

Je pratique une heure par semaine, avec 2 amies, dans l’appartement de ma professeure. C’est ma “parenthèse zen” de la semaine… Elle est incontournable et c’est toujours un bonheur de m’y rendre.

Comment as-tu choisi ton cours ton professeur ?

Je suivais un cours collectif dépendant de la Mairie de Paris et j’ai sympathisé avec une autre élève, qui s’est ensuite formée au yoga. Lorsqu’elle a été diplômée, j’ai été sa première élève avec une amie. Elle est très attentive et intuitive ; elle “sent” ce dont nous avons besoin. 

Comment intègres-tu le yoga dans ta vie ?

Je suis un cours hebdomadaire chez ma professeure tout près de chez moi, avec deux autres amies. Depuis quelques mois, je fais tous les matins une salutation au soleil et dans les moments de stress intense, je fais souvent quelques postures pour me détendre. Ca a été le cas par exemple lorsque j’ai enterré mon père ; avant de me rendre à l’église, j’ai enchaîné quelques postures pour me centrer et engranger de la force – ce qui a beaucoup fait rire mon frère et mes sœurs. 

A l’heure où je réponds à cette question, nous sommes confinés depuis 1 mois du fait de la pandémie de covid19. Je fais 4 heures de yoga par semaine grâce à des cours en vidéo et je vis la situation de façon extrêmement sereine…

Qu’est-ce que cela t’apporte ?

Le yoga entretient en douceur ma musculature, moi qui ne suis pas franchement sportive ! Il m’a fait faire d’énormes progrès sur le plan de l’équilibre – même ma neurologue le constate. Les étirements et le travail sur la souplesse me semblent également importants pour bien vieillir. Et comme je travaille beaucoup sur ordinateur, ils me font du bien. Le yoga m’a aussi appris à être totalement concentrée sur ce que je fais, même si j’ai encore la fâcheuse habitude de faire deux choses en même temps.  

Les méditations m’apaisent profondément mais aussi (surtout ?) durant et avant les épreuves et je médite également tous les jours

Est-ce-que tu t’intéresses aussi aux grands textes du yoga ?

Non mais ça doit en effet être intéressant…

Que conseilles-tu à quelqu’un qui a une maladie chronique et qui souhaiterait essayer le yoga ?

Tout dépend du handicap je crois. J’ai choisi le Hatha Yoga à cause des douleurs et de la fatigue : il me paraissait plus compatible avec mes symptômes, que l’ Ashtanga ou encore pire le Bikram, mais aussi plus intéressants (le travail sur la respiration m’a vraiment aidée et m’aide toujours dans la gestion des douleurs). Mais le Hatha Yoga correspondait aussi à mon tempérament assez zen – sourire. 

Il me semble donc important de se renseigner sur les différentes formes de yoga, y compris le Yoga thérapeutique plus adapté au handicap moteur.

Un dernier mot quelque chose que tu souhaites partager ?

Le yoga fait partie intégrante de ma vie, il m’offre chaque semaine une bulle de bien-être physique et psychologie… C’est aussi une école de l’humilité qui aide à accepter les limites de son corps et à les envisager avec douceur et tolérance. Dans une société axée sur la performance, cette philosophie de vie me semble particulièrement intéressant et suffisamment rare pour être souligné !

A lire aussi :

J’ai parlé Yoga avec…Fred Choukroun

J’ai parlé Yoga avec…Caroline Boulinguez

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here